Des moyens pour discerner

Dans chaque diocèse tu trouveras un contact avec qui partager tes questions et ton désir, mais aussi des parcours, des groupes avec qui cheminer. En savoir plus.

Tu peux aussi retrouver dans le calendrier les propositions de retraites et de week-end de discernement (interdiocésain ou diocésain). En savoir plus.

Appelé(e) à la vie consacrée ? 

 

« À l’origine de toute vocation à la vie consacrée, il y a toujours une expérience forte de Dieu, une expérience qui ne s’oublie pas, on s’en souvient toute sa vie !… Et cela nous ne pouvons pas le calculer ni le programmer. Dieu nous surprend toujours ! C’est Dieu qui appelle… »

pape François

aux jeunes à Assise, 4 octobre 2013

Le terme de «vie consacrée» désigne aujourd’hui toute personne ou tout groupe de personnes qui s’engagent au célibat à cause du Christ et de l’Evangile. Les formes en sont multiples. «La vie consacrée» recouvre traditionnellement les formes de vie suivantes (cf. Droit Canon) : la vie religieuse apostolique, monastique et missionnaire, les instituts séculiers, les sociétés de vie apostolique,  l’ordre des vierges consacrées, les ermites et les veuves consacrées… 

« A ces formes anciennes s’ajoutent de nouvelles formes de vie consacrée, signes de la complémentarité des dons de l’Esprit Saint : certaines sont des formes anciennes, nées de nouveaux élans spirituels et apostoliques, d’autres sont des expériences originales, à la recherche d’une identité propre dans l’Eglise, en attendant d’être officiellement reconnues… » Jean-Paul II, La vie consacrée, Cerf, 1996

La plus ancienne, historiquement, est la vie monastique, apparue vers le IVe siècle et dont la figure la plus marquante est saint Benoît. Les moines et les moniales choisissent par leurs vœux de consacrer toute leur vie à Dieu, dans la prière de louange et le silence. Leurs monastères sont des lieux retirés du monde, mais ouverts à l’accueil. Leur vie est ponctuée par la prière ensemble sept fois par jour, la vie fraternelle et le travail. Ils se tiennent en permanence devant Dieu, au nom de leurs frères et sœurs humains.

Dans la vie apostolique, les religieuses quittent tout pour suivre le Christ mais leur monastère, c’est le monde ! Ils vivent au milieu de leurs contemporains. Habités par la prière et la présence de Dieu, ils sont envoyés pour témoigner et pour servir dans tous les secteurs de l’activité humaine, en France et ailleurs. Ils veulent traduire en gestes concrets l’amour de Dieu pour tous : ils travaillent dans la société par leurs divers métiers et aussi dans l’Eglise (catéchèse, aumôneries, attention aux malades, aux exclus, etc). Ceux qui sont « missionnaires au loin » choisissent de quitter leur pays, leur famille et leurs amis, pour aller rencontrer et découvrir des frères et des sœurs d’autres pays dans le monde.

 

Appelé(e) à être religieux/se ? 

 

Les formes de vies religieuses sont multiples, appartenant à différentes familles spirituelles, chacune ayant une couleur particulière appelée « charisme » et qui se traduit entre autre dans leurs spécificités au quotidien, leurs règles et leurs habits.

On connaît plus facilement les historiques – famille bénédictine, cistercienne, dominicaine, franciscaine, carmélite… – mais de nombreuses autres familles et instituts viennent colorer la vie de l’Eglise. 

Nous avons passé 24h à l’abbaye de Pradines, dans la Loire, pour vivre une rencontre authentique avec les bénédictines, découvrir leurs vocations et les trésors qu’elles portent.

Découvrez leurs vies et leurs témoignages.  

Plus de contenus à venir. Carte des communautés religieuses de nos diocèses à venir. 

 Voir plus sur le site www.jeunescathos.fr

 Découvrir la vie monastique et les lieux d’accueils : https://www.vie-monastique.com/

Appelé(e) à être laïc consacré ?

 

« LAÏC CONSACRÉ : TOUT À DIEU DANS LE MONDE »

Des hommes et des femmes choisissent d’offrir radicalement leur vie au Christ en vivant dans le monde sans se marier.Le XXème siècle a vu naître, ou renaître, des formes de consécration autres que celles qui se pratiquent au sein des congrégations religieuses. Des hommes et des femmes appelés àune vie pleinement consacrée au Christ dans le monde se mettent au service de la mission de l’Église. Ils s’engagent au célibat pour le Royaume. Ils vivent de manière différente – mais tout aussi radicale – les conseils évangéliques de pauvreté, chasteté et obéissance. Ils ne mènent pas la vie commune des religieux et exercent habituellement une profession.

L’ordre des vierges

L’Ordre des Vierges est la forme la plus ancienne de consécration. Dès les origines de l’Église, des femmes ayant voué à Dieu leur virginité sont confirmées dans leur engagement par une consécration solennelle. Rénovée après le concile Vatican II, la consécration des vierges attache publiquement à Dieu, par les mains de l’évêque, celle qui choisit de suivre le Christ de plus près. Les vierges consacrées sont dans le monde un signe de l’amour de l’Église pour le Christ son Époux. Sans règle ni structure communautaire, appartenant à l’Église diocésaine, elles se vouent à la prière, au service de leurs frères et au travail apostolique. Elles sont aujourd’hui en France environ 500.

Les instituts séculiers

Les instituts séculiers proposent à leurs membres une pleine consécration à Dieu, tout en gardant leur vie ordinaire dans le monde. Ils offrent ainsi une façon nouvelle de suivre le Christ : vivre l’absolu de l’Évangile au coeur du monde.

En 1947, le pape Pie XII leur donne une reconnaissance officielle, confirmant l’importance de cette vocation originale pour l’évangélisation de notre temps. En effet, le monde d’aujourd’hui avance sans référence à l’Évangile. C’est pour répondre à ces besoins nouveaux que l’Esprit Saint a suscité les instituts séculiers qui unissent la radicalité de l’Évangile et la présence au monde, dans la richesse de la consécration.

Partageant, par leur activité professionnelle, la condition quotidienne et séculière de leurs contemporains, les membres de ces instituts cherchent à transfigurer le monde de l’intérieur en revêtant les sentiments mêmes du Christ : pour être dans le monde des signes de son amour et imprégner ainsi le monde de l’Évangile.

Les membres s’engagent à :

  • la chasteté dans le célibat, réponse d’amour total pour Dieu et pour leurs frères,
  • une vie de pauvreté pour signifier au monde que Dieu est l’unique vraie richesse de l’homme,
  • une vie d’obéissance pour s’unir au dessein de Dieu.

Il y a en France une trentaine d’instituts séculiers, très divers dans leur spiritualité et leur orientation.

Dans les communautés nouvelles

Au sein des communautés nouvelles – appartenant ou non au mouvement du renouveau charismatique – des hommes et des femmes s’engagent au célibat et à la pratique des conseils évangéliques. Ces laïcs consacrés sont membres de leur communauté au même titre que les personnes mariées et que les prêtres. Ils partagent avec eux les charismes et la mission de leur communauté dans l’Église selon les nécessités de la nouvelle évangélisation. »

(Source  Père Denis Jachiet sur Mavocation.org).

Derniers contenus :

Rester cloîtré ! Conseils de spécialistes…

À l’occasion du confinement, les cisterciennes de Boulaur, les moines de l’abbaye de sept-fond, les clarisses de Montbrison et les carmélites d’Ars nous donnent leurs conseils de spécialistes pour bien vivre une vie cloîtrée ! L’occasion de découvrir aussi leurs vies et leurs témoignages. 

La joie de risquer pour la promesse de Dieu !

Pour découvrir cette joie, quelques images de l’abbaye de Pradines et le texte du Pape François pour la journée mondiale de prière pour les vocations.

Plus de contenus à venir

Le site s’enrichira au fur et à mesure.

 

Voir plus sur le blog